Bunia : TSHUNGA LUPANGO YAKO : La division du cadastre recadre l’inspection provinciale de finance sur sa demande de restituer le fond présumé détourné

C’est dans une lettre de réponse adressée à l’inspection provinciale de finance de l’Ituri et dont la rédaction de lecoqdelest.com s’est procurer une copie, que la division du cadastre circonscription de Bunia a recadrée et éclaircie la lanterne de l’inspection provinciale de finance de l’Ituri, sur le fameux dossier de mauvaise affectation de fonds de la compagne « TSHUNGA LUPANGO YAKO » première phase.

En effet, l’inspection provinciale de finance de l’Ituri avait dans une lettre du 5 janvier 2022, demandée à la division du cadastre la restitution d’une somme de 15.958.9 dollars endéans 96 heures qu’elle a estimé détournée par le chef de cette division David WANZAMBI TSHISEKA, pendant la campagne TSHUNGA LUPANGO YAKO.

D’après la lettre de la division du cadastre, l’inspection provinciale de finance s’est déraillé de sa mission régalienne lui confié par le gouvernement BAMANISA, qui a comme soubassement, le suivi de la canalisation des recettes dues au trésor public provincial, en s’ingérant dans les frais techniques et administratifs de cette division, car le trésor public a valablement été alimenté.

‘’Nous sentons l’égarement dans vos démarches lorsque Vous confondez les frais techniques et administratifs au fonds du Trésor public’’ pouvons-nous lire dans ce document.

David TSHISEKA WANZAMBI renseigne dans cette lettre que, les 1.170 dollars qu’un agent n’avait pas présenté à son service lors du nivellement du mois de juin 2021 et qui est comme une preuve de détournement de fond de trésor public, était les frais techniques et administratifs. Est donc, L’agent est redevable à son service et non au trésor public.

Cette lettre démontre également que les listes de paie des agents que l’inspecteur de finance estime fausses et qui selon lui sont les preuves de plus de la mauvaise canalisation de recette, sont les 3 listes de 3 mois qui étaient pris en compte dans le rapport, mais qui étaient non payés aux agents, retenus aux titres immobilier en attendant l’aboutissement des enquêtes faites par l’IPFI.

Le Chef de Division du Cadastre renvoie par contre l’inspecteur au service de régie provinciale qui a dans son fonctionnement une section d’inspection qui doit, dans ses attributions, avoir un regard permanent sur le fonds perçu pout le trésor provincial, au lieu et place de s’immiscer aux frais technique de la division.

« Le reste comme aspect dans le rapport global de la gestion financière de la campagne CHUNGA LOPANGO YAKO sont du ressort de l’administration interne de nos services qui n’ont rien à voir avec le fonds du Trésor public » peut-on lire dans cette lettre.

Le cadastre oriente en revanche l’inspecteur de vérifier au département du budget, combien de fonds du trésor public, le service a bénéficié pour son fonctionnement si ce n’est autre que des moindres frais techniques et administratifs. Alors qu’en principe les frais de fonctionnement devraient émanés des fonds du trésor public et non des frais techniques et administratifs.

La division du cadastre conclue selon cette lettre que, la motivation de l’inspecteur ne serait pas le détournement, mais par contre les agents mécontents, amis des antivaleurs qui n’aime pas le régime correctionnel qui est enraciné au sein de cette division pour remettre de l’ordre, qui ont côtoyé l’inspection provinciale de finance en faisant savoir que leur situation actuelle serait insupportable car, leurs intérêts sont mis à mal.

« Nous attendions être saisi de rapport selon les enquêtes de l’inspection provinciale de finance de l’Ituri, que si partant de plus de 566 dossiers générateurs de recettes, Le trésor public a valablement été alimenté ou non, au lieu et place de vous acharnez sur les frais techniques et administratifs de ma division qui n’ont rien à voir avec le trésor public » s’indigne le chef de cette division.

Selon le constat de la division du cadastre, le service de l’inspection qui n’a jamais fourni le rapport de l’enquête menée, n’était qu’un outil déstabilisateur. Cette inspection à occasionner la rétention de 3 mois de frais techniques et administratifs de service du cadastre, créant comme conséquence, la démotivation des agents et jeter un discrédit à l’égard de la division du cadastre a dit David WANZAMBI TSHISEKA. La division du cadastre estime que l’inspection de finance se serait rangé du côté des agents qui combattent le programme de maximisation et sécurisation du domaine foncier pour leurs intérêts personnels. Elle justifie cela par la baisse de dossier réalisés depuis le passage de cette inspection au sein de ce service, qui lors de campagne avait recensé 566 dossier doit 56 dossier par mois, mais qui, après le passage de l’inspecteur de finance, enregistre 28 dossier, soit 8 dossier par mois.

Papy KILONGO

1 réflexion sur “Bunia : TSHUNGA LUPANGO YAKO : La division du cadastre recadre l’inspection provinciale de finance sur sa demande de restituer le fond présumé détourné”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.