Ituri: Environs 10.000 déplacés vivent sans assistance humanitaire à Mambasa

L’insécurité dans les territoires d’Irumu, Béni et Mambasa suite aux attaques et incursions armées des miliciens de la Force Patriotique et Integrationniste du Congo,(FPIC), des ADF Nalu et Maimai sont à la base de ces mouvements de la population, à la recherche d’une un îlot de stabilité.

Le constat est fait par le coq de l’Est dans sa visite médiatique dans la région, les faits sont documentés aucours de ce mois de mai de l’année 2021.

Environs 10.000 déplacés sans abris convenable dans cette région en proie en l’insécurité grandissante. 6.000 milles de ce nombre sont à Mambasa-centre. Ici, ces personnes sont logées dans des familles d’accueil et certains déplacés sont accueillis dans les sites érigés à Makoko dans la concession de l’église CECA20 en chefferie de Mambasa. Ces personnes ont fui les attaques en répétition de la milice FPIC au village Marabo et Nyakunde et d’autres en provenance des villages Ndalya, Mambelenga, Ndimu et environs où les ADF Nalu avait tués plus de 50 personnes à la machette entre Début Mars et fin Avril 2021.

Plus loin, à Biakato et Luemba l’on dénombre plus de 1.752 autres déplacés. Ces personnes ont fuit les attaques armées des ADF Nalu dans les villages Lukaya, Makumo, Mantumbi, Ngaka, Ngubo et environs depuis le 3 Mai 2021 où plus de 4 maisons avaient été incendiées et une cinquantaine des civils tués à la machette.

Dans des familles d’accueil, la vie n’est pas heureuse à ces déplacés.Ils sont axphixiés, obligés de dormir à quatre sur un même lit, de fois en même le sol.

A l’hôpital, ils pessent jour comme nuit à même le sol avec risque de contracter d’autres maladies Transmissibles.

Ces déplacés mangent une fois le jour, une nourriture non énergétique. Une malnutrition s’annonce si rien n’est fait chez les enfants et femmes enceintes.

Dans le site de déplacés de Mambasa-centre,la vie est rudimentaire, l’on ne pouvait qu’à percevoir ces déplacés en train de quémander le vivre aux passants et aux marchands. Une situation qui crée psychose, des pleurs ausein de la population de la place.

Quant à leur sécurité, ils sont à la merci de Dieu le père. Les abris sont faits en chaumes et rameaux sans une garantie faces à toutes intempéries.
S’il pleut, tous les occupants se mettent débout jusqu’à la fin de la pluie pour espérer mieux dormir mais dormir où ? Sur le sol. Dieu le Père sait le sort de son peuple.

Les traces du gouvernement est visible en secour à ces déplacés. C’est en Octobre 2020 que chaque déplacé de Mambasa centre avait reçu un gobelet de haricot, riz et huile de la part du gouvernement. Depuis lors c’est le calvaire. Si depuis octobre le gouvernement a mis sa main derrière. Les agences de système des nations unies interviennent mais le nombre est très élevé que chaque déplacé n’est pas satisfait. Avec l’afflu des derniers déplacés de l’attaque des ADFs en mai, le nombre s’accroît du jour au jour.

La santé, n’en parlons pas. Faut-il se soigner naturellement, faute d’accès de ces déplacés aux soins de santé ? Le cas probant est le décès pour manque d’assistance médicale, d’un homme de plus de 40 ans.

Certains enfants déplacés à l’âge scolaire n’arrivent plus à fréquenter l’école à cause de manque de moyens financiers et de perte des documents scolaires, incendiés lors des incursions de ces hors la loi dans leurs différents villages.

A Biakato, 1.752 déplacés avaient été secouru par l’ONG Programme de Promotion des Soins de Santé Primaire sous financement de l’UNICEF et dont l’aide n’est pas arrivé à couvrir les besoins de ces derniers, notamment l’aide lié à l’alimention,aux conditions d’hébergement, de scolarité et de santé.

Avec la situation sécuritaire qui ne s’est pas encore rétabli, la barre de 10.000 déplacés serait dépassée et les conditions humanitaires seront de plus en plus dégradantes,car ceux qui sont là, ont du mal à l’assurance-vie . L’inaccessibilité bloque également et le gouvernement et ses partenaires humanitaires.

Depuis Mambasa Nicaise NGUMBI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.