Haut- Uélé/hémicycle: rentrée parlementaire avec l’Opération « AFAOUNDE dégage », rendez-vous ce mardi

La synergie de la société civile, la nouvelle société civile et la société civile du Congo de la ville d’Isiro en collaboration avec le parti politique Ecidé de Martin Fayulu projettent une marche de protestation, mardi 30 mars au chef lieu de la province pour exiger le départ de Afaounde Afongenda Sumbu , président de l’organe délibérant du haut-uélé.

A l’issue d’une réunion de stratégie ce dimanche 28 mars à Isiro cette synergie a reproché de nouvi au président de l’organe délibérant, une gestion opaque de cette première institution provinciale, aussi une incompétence dans sa gestion durant deux ans passés.

Maître Timothée Kamanga , cadre de LAMUKA et de l’Ecidé a indiqué à lecoqdelest.com que l’assemblée provinciale du haut-uélé ne réponds pas aux attentes de la population et n’assume pas son rôle de contrôle des actions du gouvernement provincial.

 »Celui qui est censé contrôler le gouvernement provincial est l’Assemblée provinciale et celui qui engage l’Assemblée c’est son président , c’est lui qui bloque les contrôles parlementaires , il est aux courses du gouverneur au lieu de contrôler les actions du gouverneur , contrôler le processus des démolitions anarchiques , se rendre compte si les engins achetés appartiennent à la province ou ce sont les patrimoines privés . Nous avons la mégestion financière. »a dit Maître Timothée Kamanga avant d’ajouter que les marches seront continuelles si les députés provinciaux ne trouvent aucune initiative du réaménagement du bureau de l’Assemblée provinciale.

Le lieu de la rencontre est fixé à l’espace Mayogo aux environs de 11 heures d’Isiro pour débuter cette marche de protestation contre la personne de Afaounde Afongenda Sumbu .

Devant la presse de watsa à l’occasion de ses vacances parlementaires , Afaounde Afongenda Sumbu avait signalé qu’il possède la majorité de l’Assemblée provinciale et qu’il n’y a pas d’inquiétudes au sujet même de la pétition initiée contre lui.

« Au niveau de l’Assemblée, il n’ y a pas d’inquiétudes , combien des mois on a chanté que le président ne serait plus , chaque matin , c’est le cantique de chaque jour , je suis venu ici à watsa à mon fief et tout le monde a vu que le président Afaounde est là , les pétitions qui viennent de certaines maisons ici , qui ne viennent pas de l’Assemblée provinciale ne sont pas légale malheureusement on continue à enseigner à notre population que cette pétition sera déposée à l’Assemblée provinciale , c’est à toute illégalité, il n’ y a aucune pétition qui viendra me déplacer de là parce que j’ai la majorité , ce sont des politiciens en perte de vitesse qui viennent vous tromper ici  » avait dit Afaounde Sumbu d’un ton ferme.

Toutes initiatives tendant à fragiliser ce bureau reste lettre morte. Des pétitions sont lancées sans impacts, des nombres de signataires sont divulgués à la presse sans dépôts à qui de droit. Est-ce la marche finira à faire partir le président du bureau ? Dossier à suivre.

Caleb Bodio/ lecoqdelest.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.