Bunia : menaces et intimidations des jeunes, le maire de la ville visé par l’hon. Gratien Iracan

Dans une succession de communiqué de presse du 05 et 10 juillet 2020, l’élu national de Bunia-ville, Gratien Iracan de saint Nicolas, s’insurge contre ce qu’il qualifie de menace et intimidations de la part de maire de la ville à l’égard d’un groupe de jeune.

Gratien Iracan condamne les propos du maire de la ville de Bunia, Ferdinand Fimbo sur les antennes de la radio Canal Révélation, dans son édition vespérale du 10 juillet relatif à une prise en charge dans l’insécurité dont font face les habitants de l’Ituri.

Ces propos de maire » … C’est inconcevable qu’au grand jour, des jeunes gens ivres passent devant vos micros, qu’ils commencent à parler de n’importe quoi et dire qu’ils vont se prendre en charge comme si l’Etat n’existait pas. Je pense que les services sont déjà mobilisés on va récupérer tous ceux-là, les personnes qui ont fait des déclarations vont répondre de leurs actes » a énervé Gratien Iracan qui les qualifie d’insultes grave et un manquement de compassion envers le population de l’Ituri , ravagée par des tueries sans fondement, entretenues selon certaines sources à vérifier par des cadres politico-administratives , autorités et notables dans la ville de Bunia.

Pour cet élu, ces services mis en intimidations des jeunes devraient plutôt aider le pays à éradiquer l’insécurité en Ituri que d’intimider les jeunes qui ont besoin de la paix, une enquête serait salutaire contre Fimbo Ferdinand, le maire de la ville enfin de prouver enfin de prouver le caractère ivre de ces jeunes devant la presse et la déclaration de la prise en charge faite par ces jeunes qui ,pourtant ont respecté les textes de ce pays.

Iracan Gratien s’étonne qu’aucune action disciplinaire ou administrative n’est ouverte jusqu’à ce jour à l’encontre de Fimbo Ferdinand qui est cité comme suspect dans l’affaire de tuerie de Mwanga en 2019.

 » Je rappelle à tous les ituriens spécialement à la communauté Alur , que monsieur Fimbo Ferdinand est toujours cité par des témoins comme suspect dans l’affaire des tueries de 9 sujets Alur en chefferie de Baboa-Bokoe entre le 15 et 17 juillet 2019 près de la localité Mwanga. Malgré ma dénonciation au Parquet Général près la cour d’appel de l’Ituri dans notre lettre référencée 011/IR/DEP/IT/2019, le 29 juillet ,rien n’a été fait. La même date , nous avons aussi demandé sa suspension préventive auprès du gouverneur de la province dans notre lettre 017/IR/DEP/IT/2019. Aucune action s’en est suivi jusqu’à ce jour » indique Gratien dans son communiqué .

En mars dernier ,le député provincial Jean Bosco Assamba avait menacé d’introduire une interpellation ou carrément une motion de défiance contre le maire de la ville de Bunia Ferdinand Fimbo Lebiliye pour obtenir son départ.

Il sied d’indiquer que ce député national élu de la ville de Bunia a donné 30 jours aux institutions de la république à partir du 05 juillet 2020, pour mettre fin aux tueries et remettre l’ordre dans la province de l’Ituri. Dans le cas contraire, elles en tireront toutes les conséquences des actions à venir.

Lecoqdelest.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.