Justice: Quand Iracan Gratien dit à Célestin Tunda, Pourquoi Flagrance sur député et laisser les buveurs du sang en Ituri?

Les victimes des atrocités de la milice CODECO font parler d’elles au plus haut sommet de la république.

En mai dernier, alors que le débat était houleux à l’Assemblée Nationale sur l’interpellation du député de MLC, Jean-Jacques Mamba, l’élu de Bunia-ville, Iracan Gratien dit de saint Nicolas monte au créneau et dénonce ce qu’il qualifie d’un silence coupable de la justice quant aux victimes des atrocités de la CODECO dans sa province natale.

Gratien Iracan, prenant en temoin le cas de 2013 de son collègue, Muhindo Nzangi, alors député du MSR jugé en flagrance par la Cour suprême de justice pour atteinte à la sûreté de l’Etat sans que ses immunités ne soient levées. Il indique que les immunités parlementaires telles que le prévoit l’article 107 de la constitution sont « encadrées et limitées ».Pour lui, il y’a lieu de parler de flagrance pour ceux qui tuent jour et nuit la population en Ituri et Nord-Kivu sans interpellation des auteurs par la justice.

l’État de droit que l’on cherche dit-il ne se limite pas seulement à poursuivre les députés en flagrance.

« Je vais vous montrer excellence monsieur le ministre la où il y’a flagrance pour suivre ceux qui commettent des crimes. Je suis de la province de l’Ituri, on est à plus de 600 morts voir plus. Pourquoi vous n’allez pas en ituri là, chercher les faits en flagrance? au nord kivu on tue tout les jours, les deux dernières nuit de mai, plus de dix personnes tuées, pourquoi votre silence? Vous ne cherchez pas la flagrance , vous ne cherchez pas les gens qui tuent là pour les amener devant les cours et tribunaux ? Vs ne cherchez pas là où le feux parle et vous voulez vous rabattre sur les députés », a dit Gratien Iracan ,député national élu de Bunia-ville.

Le cas des prisons en état de délabrement, des cellules surpeuplées…constituent également le leitmotiv de cet élu de l’opposition à l’hémicycle.

 » L’urgence c’est aussi statuer sur le cas de différentes prisons qui sont surpeuplées. Il faut plutôt chercher à désengorger les prisons que de se limiter sur des faits puérils », a plaidé Gratien Iracan.

Cette intervention au perchoir de l’Assemblée Nationale a été soutenu par la présidente de l’Assemblée. Jeannine Mabunda qui, lors de son passage en Ituri avait visité les déplacés de guerre et connait le sort des victimes qui méritent protection et une justice juste et équitable.

 » Merci Collègue Gratien Iracan pour avoir rappeler la souffrance de la population de l’Ituri et du Nord-Kivu qui mérite une attention particulière de la justice en lieu et place de la flagrance du député » a répliqué Jeannine Mabunda.

L’Ituri compte des morts par jour causé par l’activisme de la milice CODECO sur la paisible population.

Rédaction