Ituri/Mahagi: virulente manifestation des jeunes contre l’avancée des éléments CODECO

Ils étaient nombreux à mahagi-centre, dans le début d’après-midi de ce mercredi 13 mai 2020, à manifester contre l’insécurité grandissante à travers les différents centres de négoce et villages de l’intérieur du territoire de Mahagi, dans la province de l’Ituri.

Ces jeunes de Mahagi, qui ont donné le coup d’envoi de leur marche de colère face la recrudescence tant décriée de l’insécurité en plein centre de Mahagi, ont convergé vers la sortie de la cité , direction le poste de péage de la Direction Générale des Recettes de la province de l’Ituri (DGRPI). Ici, ils ont démantelé la barrière.

Démantèlement de la barrière de la DGRPI

Ces derniers, en allant comme en retour, les uns scandaient des chansons appelant à la démission du gouverneur Jean Bamanisa Saidi , d’autres appelaient à l’auto prise en charge du peuple face aux Lendu qui tuent,pillent sur le sol de Mahagi chaque jour.

Des saccages sont également signalés dans certains endroits isolés, au poste frontalier tout comme à Padang’a où le caniveau construit sur la route à échappé suite à l’intervention des riverains.

Pour Anican Tengo, un jeune acteur de la société civile de la place, il y’a lieu de noter que les mains noires se retrouvent face à cette situation de l’insécurité, la jeunesse est appelée à son autoprise en charge.

Ces jeunes disent poursuivre ce mouvement jusqu’à ce que les autorités luttent réellement contre l’insécurité.

Pendant ce temps, les élus de Mahagi(Sénateurs et Députés) ont été reçu à Kinshasa par le président du Sénat, Alexis Tambwe Mwamba , ce dernier leur a promis d’inscrire la situation de l’Ituri à l’ordre du jour de la plénière.

Les assaillants de la CODECO ont ce derniers visé comme cible d’attaque le peuple Alur.Depuis ce mardi ils ont attaqué les villages de Pakenge, Kin Got et Zaa.Cette situation cause une crise sociale en territoire de Mahagi, depuis le début de cette année 2020. La caritas développement du Diocèse de Mahagi-Nioka dresse dans son rapport du 26 avril un bilan de 321.974 déplacés internes, 384 personnes blessées et 142 personnes tuées ainsi que plusieurs écoles et structures sanitaires détruites.

Dieu Merci THUAMBE